Le mot du président

Un chantier d’insertion est  hybride : sa mission est l’insertion de personnes en précarité, cette insertion se fait par le développement d’activités économiques. Ainsi coexistent deux activités, l’une support de l’autre : la production de légumes et l’entretien d’espace vert avec l’accompagnement renforcé de salariés en insertion.

Ce challenge de tous les jours est un défi à relever. Nos partenaires le savent bien et soutiennent notre action depuis plus de 20 ans ! En effet, il n’est pas question pour nous de « donner » ou de « distribuer ». Mais bien de proposer un retour au travail et un accompagnement renforcé : tout mettre en œuvre pour que la personne change de situation, sorte de la précarité et de l’isolement et retrouve son autonomie.

 

Les contrat à durée déterminée d’insertion (CDDI) subventionnés par l’état et le Conseil Départemental de l’Yonne sont d’excellents outils dans une association d’insertion. Les contrats donnent un délai (6 mois renouvelables une fois maximum). Ces contrats demandent un engagement (rendez-vous pour faire le point, engagement dans des formations, solutions à trouver pour mettre à plat les difficultés sociales, etc.). Enfin les contrats donnent un statut aux personnes : le statut de salarié qui travaille pour recevoir son salaire.

 

Bien-sûr s’il y avait du travail pour tous, nous n’existerions pas ! Bien-sûr certains ont besoin d’un peu de temps pour se poser, retrouver les énergies, la motivation et le désir de s’engager dans les démarches parfois complexes et multiples.

 

Mais les résultats sont là : lorsque le cadre est précis, l’engagement réel et le travail en réseau efficace, de nombreuses personnes s’en sortent et trouvent un emploi. Chaque année plus de la moitié des salariés qui terminent leur contrat trouve un emploi ou une formation qualifiante.
Autant de maux, et d’assistanat en moins. Autant de dignité retrouvée.

 

Michel JOUAN, président