La Croisière, 23 ans au service des Sénonais ..

Les Jardins de la Croisière existent depuis 1995 ! La vie n’a pas toujours été un long fleuve tranquille et plusieurs étapes ont marqué le développement de l’association. 20 ans après, il est utile de se pencher sur ses racines, ses évolutions et ses valeurs pour mieux envisager l’avenir.

1993-1995
Des besoins locaux à la création d’une association.

Dès le départ, l’objectif était de répondre à un besoin des entreprises horticoles de l’Yonne. Les producteurs de tomates et de concombres peinaient à trouver des ouvriers agricoles pour de longues saisons. Les Organisations Professionnelles Agricoles (Chambre d’Agriculture et FDSEA89) proposent de créer une structure pour former des « ouvriers serristes » afin de répondre à ce besoin de main-d’œuvre qualifiée.

1995-2001
Développer l’exploitation maraîchère et le travail d’insertion.

Le projet a évolué ensuite pour devenir en 1997 un Atelier Chantier d’Insertion.
Petit à petit se constitue l’exploitation maraîchère (3 tunnels, clôture, puits, tracteur, véhicule) sur les terres de la famille Lemaître de Maillot. Un premier bâtiment de 200 M² est construit en 1997 et inauguré en 1998.
Octobre 2001, un incendie ravage l’ensemble du bâtiment de l’association : tout est détruit par le feu et l’eau des pompiers (bureaux, boutique, vestiaires, véhicules, motoculteurs, semences etc.). Soutenu par ses partenaires financiers (Etat, Conseil Général et Ville de Sens), l’association décide de poursuivre et de rebâtir ! Commence une période difficile de travaux entre 2001 et 2003.

2005
10 ans après sa création, besoin de repenser le projet

Crise financière : les recettes et subventions ne couvrent plus les dépenses. L’association demande un audit et un accompagnement dans le cadre du Dispositif Local d’Accompagnement. Olivier Mazué d’Espace Développement accompagne le conseil d’administration et les permanents. Décisions fortes : réduction de l’équipe et démarrage d’une 2ème activité économique : l’entretien d’espace vert.

2009-2011
Relocalisation de l’exploitation et réorganisation.

A la demande des propriétaires, l’association relocalise son exploitation. Les tunnels de production sont démontés et remontés contre le Parc du Moulin à Tan. Gros travail sur plusieurs mois d’hiver. Nouveaux équipements en irrigation et tunnels redimensionnés. La production légumière est en baisse et départ de l’encadrant technique. Mais l’activité d’entretien d’espace rural se développe, se professionnalise et le nombre de chantiers réalisés est en progression constante.

2011-2015
Consolidation sur 2 activités économiques.

Salariés d'insertion aux jardinsDe 2011 à 2016, la qualité des productions et les chiffres de vente de légumes prennent de l’ampleur. Depuis janvier 2011, les chantiers verts se multiplient. En 2016 le chiffre d’affaire des Chantiers Verts sont supérieurs aux ventes de Légumes BIO. Mais de nouveaux besoins se font sentir : bâtiments trop exigus et nombre de salariés en insertion en augmentation (passant de 22 à 28 salariés).

2016-2017 Besoin de changer d’échelle

Nouvel accompagnement dans le cadre du DLA réalisé par Philippe Milebergue de Cap’Action.  Un audit approfondi est réalisé par Bourgogne Active. Un projet se dessine pour consolider les 2 activités et finaliser le bâtiment annexe.  Un programme de consolidation et de développement est mis en oeuvre. Il se déroulera jusqu’en 2019.

2017-2021 Mise en oeuvre du Plan de Développement

Le Plan se décline, axe par axe et année par année. L’intérêt : prioriser les actions, développer pas à pas et consolider l’association. Fin 2017, premiers objectifs atteints : retrouver un résultat positif, développer les chiffres d’affaire des 2 activités économiques et maintenir un bon taux de sorties dynamiques (63% EN 2017). Fin 2018, objectifs atteints : développer encore les chiffres d’affaires, être à jour des charges sociales et maintenir de bons résultats d’insertion (70%). Les projets se développent : début 2019, production de pleurotes et en juin : extension du jardin passant de 3 ha à 4.4 ha. Une équipe motivée, un conseil d’administration déterminé et un Plan de développement bien calibré…